Le nettoyage de vitres à l’eau pure est une réelle solution d’avenir !

0

Le marché : le nettoyage des vitres comme cible principale, mais pas seulement.

En terme de marché, le nettoyage à l’eau pure des vitres est au cœur de cette nouvelle technologie, grâce aux avantages qu’il apporte, au nombre colossale de vitres à nettoyer régulièrement et aux prix praticables, même s’il subsiste quelques contraintes. Aux vitres s’ajoutent, bien sûr, vérandas, verrières, vitres type Vélux, abris piscines, mobilier urbain…

Mais aux côtés du nettoyage des vitres se développent également, et de manière exponentielle :

  • le nettoyage des bardages qui sont de plus en plus nombreux car vieillissants et délaissés de tous temps. Leurs propriétaires veulent maintenant les entretenir et se rendent compte que le nettoyage à la haute pression fait souvent des dégâts.
  • le lavage des panneaux photovoltaïques dont les propriétaires consentent plus facilement l’entretien car générateur de profits pour eux puisqu’ils retrouvent leur rendement initial.
  • le nettoyage des véhicules dans le monde du transport ou univers auto-motive qui est gigantesque.

Pourquoi nettoyer à l’eau pure ? Quels en sont les Avantages ? 

  • Gain de temps : un seul passage de la brosse est nécessaire. Il n’est pas besoin de racler la vitre. L’eau pure sèche sans laisser de traces. Le gain est absolument important à partir du moment où la vitre est en hauteur et qu’elle est nettoyée à des fréquences raisonnables. Le rendement convenu, aujourd’hui, est de 80 m²/H pour un homme seul, là où deux hommes avec une nacelle vont faire 40 m²/H à deux.
  • Gain d’argent : pour des hauteurs entre 3 m et 15 m, vous n’avez plus besoin de nacelle ou d’échafaudage. Grâce aux perches télescopiques à passage d’eau, le laveur de vitres va travailler les deux pieds au sol. La journée d’une nacelle coûte 250 € au minimum. Le livreur de la nacelle est souvent embêté pour mettre en place sa machine, soit par des embouteillage, soit par des voitures garées au mauvais endroit pour s’installer. Il faut toujours compter 1/2 H de perte de temps sur site.
  • Gain de sécurité : travailler les deux pieds au sol est un avantage considérable. Votre travail est plus sûr et votre client va se rassurer. Il faut savoir qu’il est responsable solidaire, avec vous, de la sécurité du chantier. Si vous chutez d’une nacelle ou d’un échafaudage, il devra rendre des comptes sur la mise en place des consignes de sécurité et pourrait être inquiété, au pénal, si une négligence était avérée.
  • Respect de l’environnement : dans un entretien régulier des vitres, vous n’avez plus besoin d’utiliser des produits chimiques. Economie d’argent, meilleur respect des supports sont des atouts non négligeables

Quels sont les prix généralement pratiqués ?

Il va de soi qu’avec de tels avantages, le prix de revient du m² nettoyé est tiré par le bas, de façon considérable. C’est pour cela que les anglo-saxons et les scandinaves acceptent de faire nettoyer leurs vitres régulièrement. Cette régularité évite un encrassement important de la vitre qui ne voit pas s’installer de points de rouille ou des zones de calcification blanchâtres que nous voyons apparaître, chez nous, sur de nombreux édifices vitrés. Notre problématique est donc de pouvoir assurer cette transition entre les pratiques d’hier et celles qui devraient s’imposer, aujourd’hui. Souvent la solution passe par une remise en état des vitres dont le coût peut être un obstacle pour votre client. 

Les plus habiles d’entre vous négocient autour de cette remise en état, pour en prendre une partie à leur charge, en contrepartie d’un contrat responsable (parfois, sur plusieurs années), avec des interventions de 2 à 3 fois par an, au minimum, ce qui est un premier pas  souhaitable. (Référez vous à l’article, dans ce guide, « pourquoi agir autrement ? »). Au final, le client doit comprendre que sur plusieurs années, il va être gagnant, tout comme vous.

Concrètement, le m² de vitre nettoyé se facture entre 1 €HT et 2.5 €HT. L’écart se justifie en fonction de l’accessibilité, la difficulté, le nombre total de m², les contrainte du site, les déplacements.

Quelles contraintes subsistent ?

  • La première reste notre mentalité française qui a du mal à adopter cette rigueur de nos voisins anglo-saxons et scandinaves dans la fréquence du nettoyage.
  • Puis, il est nécessaire de produire cette eau pure, ce qui suppose l’acquisition d’un système de filtration adapté à vos besoins. Les filtres ne sont pas éternels. Il faut les contrôler de temps en temps, et les changer, si besoin.
  • Vous devez, également, acquérir du matériel qui vous rende autonomes, car vous verrez que de nombreuses difficultés techniques trouvent leur solution dans cette autonomie qui vous permettra d’accéder partout pour nettoyer. Les solutions SoWater sont remarquables pour cela.  
  • Le laveur de vitres traditionnel doit accepter que le progrès et la sécurité passent par ces nouvelles techniques. Jamais, nous vous dirons que le travail est meilleur à l’eau pure que celui d’un vrai laveur de vitres qui travaille à 20 cm de sa vitre, qui dispose, à tous moments, de son grattoir et qui va, également, utiliser des produits chimiques pour désincruster la vitre et lui enlever la rouille qui s’est installée. Mais il faut admettre quand nous voyons certaines de nos façades vitrées, dans les grandes villes, dans un état lamentable, que nous devons profondément remettre en question notre mode opératoire.

 

 

 

Comments are closed.