L’évolution du marché du nettoyage à l’eau pure de 2000 à 2019

0

L’activité du nettoyage à l’eau pure a démarré dans le début des années 2000

L’application principale a été le nettoyage professionnel des vitres en hauteur avec l’utilisation d’un matériel mobile souvent sous forme de kit, de perche télescopique à passage d’eau permettant de nettoyer les deux pieds au sol.
L’opérateur professionnel principal était l’entreprise de propreté.
L’eau utilisée était pure au sens large car elle était filtrée avec un système de traitement d’eau par osmose inverse. Sa résistivité était de l’ordre de 2 Mégohms dans le meilleur des cas.
Cette nouvelle technologie présentait les avantages suivants
– nettoyage écologique, meilleur respect de l’environnement sans produits chimiques d’entretien,
– nettoyage en sécurité car le travail est réalisé les deux pieds au sol,
– gain de temps : pas de nacelle à installer, l’eau pure sèche sans laisser de trace et supprime l’opération de raclage,
– la qualité du travail augmente au fil de l’entretien de la vitre qui présente une surface encore plus éclatante,
– la technicité n’est pas très compliquée. Elle est accessible à tous professionnels.

Un nouveau marché émergent en France et dans bien d’autres pays, avec une technologie innovante

Ce nouveau matériel semblait vouloir révolutionner le nettoyage traditionnel des vitres à la raclette comme le font les laveurs de vitres. Fini l’usage des produits chimiques, plus de vinaigre, pas de chlore. L’entreprise de propreté ou le prestataire de services allaient pouvoir développer ce marché du nettoyage des vitres qui se présentait sous les meilleurs auspices.
Le réalité fut, toutefois, moins profitable qu’escomptée. En effet le matériel proposé au nettoyeur était assez cher. Le résultat du nettoyage sur les vitres, présentait souvent des petits points blancs que le nettoyeur ne savait pas expliquer. La filtration de l’eau par osmose inverse a pour particularité, celle de rejeter 50% d’eau ce que les clients finaux avaient du mal à accepter d’autant que le nettoyeur ne savait souvent pas expliquer, là aussi.

Le fabricant leader Unger Global et vendeur de produit, de kit, en France, a mesuré les enjeux à partir de 2008

Unger, la référence absolue du laveur de vitres, ne pouvait pas laisser ce marché lui filer entre les doigts. Dans sa réflexion, il s’est rendu compte que de nombreuses surfaces pouvaient être lavées avec de l’eau pure telles que vitres, panneaux solaires, panneaux photovoltaïques, bardages mais aussi les sols et les surfaces modernes qu’on retrouve dans tous les bureaux. Une autolaveuse remplie avec de l’eau pure va effectuer un lavage efficacement des sols sans produits, éviter la formation du biofilm et cela avec une meilleure hygiène, Le nettoyage intérieur des vitres peut également se faire avec de l’eau pure. Unger se diversifiant dans le nettoyage général, la stratégie d’investir sur ce marché s’imposait à lui. Mais Unger savait aussi que de nombreux laveurs de vitre, sont des artisans pas toujours très argentés. Il fallait donc trouver un système de filtration simple, à petit prix qui puisse répondre aux problématiques du lavage de surface quelle qu’elle soit avec un niveau de qualité élevé. Unger devait, également, trouver ou concevoir une perche télescopique nlite très adaptée à un usage professionnel répété pour un nettoyage en hauteur de qualité et toujours sans produits chimiques.
En 2008 il est tombé dans le piège du petit filtre « Merlin » par osmose inverse, à petit prix pour purifier toutes eaux à partir d’un robinet d’eau disponible sur le chantier. Mais le Merlin n’avait pas assez de débit d’eau et pas assez de pression d’eau. Ces deux paramètres sont essentiels pour le lavage de vitre ou bardages ou panneaux. La seule pression de l’eau issue du robinet est souvent insuffisante.

Puis, à partir de 2012, Unger a mis sur le marché de nombreux produits de nettoyage innovants et s’est très vite imposé

– le système de filtration « hydropower » Unger reposant sur un procédé chimique de filtration avec des résines de dé-ionisation pour déminéraliser l’eau, sans vapeur, sans vinaigre. L’hydropower a très vite marché en France. Il est aujourd’hui dans sa version 3. Il représente une solution à petit prix, simple de fonctionnement à partir d’un robinet d’eau.
– les perches télescopique « nlite » Unger. Elles sont nombreuses. Il faut distinguer les perches « nlite connect » des perches » nlite one ». Les perches « nlite connect » sont composées de plusieurs éléments qui se rajoutent ou s’enlèvent. Les perches « nlite one » sont télescopiques avec des brins qui coulissent entre eux telles des poupées russes. La perche « nlite » est ingénieuse et permet d’atteindre 15m à 20m par leur légèreté. La perche « nlite » est déclinée en aluminium, en fibre de verre, en hybride (mélange de fibre de verre et de carbone), en carbone de plusieurs qualités. Elles font l’objet de nombreux devis demandés par le laveur de vitres qui a besoin de comprendre et de rationaliser l’achat de ce matériel.
– brosses à passage d’eau nombreuses et développées en fonction des surfaces à nettoyer : vitre, bardage, panneaux solaires.

2019 la R&D se concentre sur la puissance de l’eau, média principal du nettoyage

En fait, l’eau pure peut voir sa puissance augmenter sensiblement suivant son niveau de pureté. Cette puissance de l’eau est identifiable à partir de sa résistivité. Une eau ultra pure a une résistivité de 18.2 Mégohms. Une eau pure à 2 Mégohms est nettement moins hyperactive sur la saleté. Véolia est devenu le spécialiste de l’eau pure à 14.5 Mégohms , écologique, souvent utilisée dans les laboratoires car elle a un pouvoir de nettoyage suffisant pour faire des analyses. C’est cette eau pure à 14.5 Mégohms de qualité suffisante pour les vitres qui a donné naissance au programme EP 14 de Sowater avec du matériel innovant et ses services associés. Elle est dite écologique car les résines sont régénérées dans les règles de l’art jusqu’à une vingtaine de fois, puis sont détruites en brulant avec certificat de traçabilité.


On est très loin d’une eau avec du chlore que l’on trouve en piscine. La filtration sépare la molécule H2O de l’eau de toute autre molécule à laquelle elle se serait agrégée. Cette eau pure à 14.5 Mégohms permet le nettoyage de la vitre en profondeur, à l’intérieur de la micro porosité du verre se traduisant, ensuite, par un éclat éblouissant car il n’y a plus aucun dépôt ni aucune saleté faisant barrage à la réfraction de la lumière. Nul besoin de produit, de vinaigre. Elle est parfaite pour l’entretien d’une surface relativement lisse comme la vitre, le bardage. Le terme d’entretien s’applique car le nettoyage doit se faire plusieurs fois par an. Si la fréquence d’entretien n’est pas assez rapprochée, on passe alors à une phase de lavage qui demande beaucoup plus d’eau. Or ce n’est pas le but, car l’approche écologique veut que nous maîtrisions au maximum, l’utilisation de l’eau. Le traitement d’eau peut s’appliquer à toutes les eaux du robinet, plus ou moins filtrées ou traitées.

Conclusion

Aujourd’hui, en France, le professionnel ne s’y trompe pas. Plus une eau est pure et plus sa résistivité est élevée. Une eau à 14 Mégohms est puissante et permet un nettoyage écologique de qualité. Finis, la raclette, le travail dans des conditions où la sécurité est négligée. Le professionnel reconnait dans cette solution, une solution respectueuse de l’environnement qui apporte, de surcroît, une bien meilleure hygiène. L’entreprise peut exécuter son travail en toute sécurité, sans produit, avec un matériel ou un
kit adapté à cette nouvelle technologie qui s’applique, également, à l’entretien de vitre en intérieur. Unger, spécialiste du matériel de nettoyage des vitres, nous en fait la démonstration tous les jours, Véolia spécialiste du traitement de l’eau nous apporte la garantie du respect de l’environnement, Sowater spécialiste du travail en toute autonomie, nous apporte son énergie à faire évoluer ce monde du nettoyage professionnel.

Comments are closed.